Covid-19: Comment être inférieur à des influenceurs

L’an passé, en Avril 2021, une étude du MIT démontrait qu’il n’y avait aucun bénéfice à la loi du deux mètres à l’intérieur (même, selon le texte, « la loi du 6 pieds »), même en portant le masque: Tout le monde respire le même air.


« Ça n’a presque aucune base dans la physique parce que l’air qu’une personne respire en portant un masque tend à monter et redescendre un peu partout dans la salle alors vous êtes plus exposés à l’air ambiant moyen que vous l’êtes à la personne à distance ». (…) « 20 personnes ensemble pour une minute, c’est probablement bien. Mais pas pendant plusieurs heures. » Lorsque l’air ambiant est « bien mélangé », le pathogène est distribué uniformément. « Une personne n’est pas plus en sécurité contre les pathogènes dans l’air à 6 pieds qu’il l’est à 60 pieds ». -Martin Z. Bazant, professeur du MIT.


Je sais que les vols d’avion sont rapides, mais ils durent plus que « quelques minutes ». Je sais aussi qu’on a besoin d’avoir eu un test négatif pour embarquer dans un avion aux États-Unis.


Donc, en résumé, pour les « influenceurs » :

  • Un test a prouvé que vous n’êtes pas porteurs du virus.
  • Vous êtes une gang ensemble, de non-porteurs de virus, dans un foutu avion.
  • Le non-virus ne peut pas se propager, il n’existe pas.
  • Un non-masque ne change rien à une non-propagation de non-virus.

Assumons maintenant qu’une seule personne dans l’avion aurait la Covid-19. Une.

  • La règle du deux mètres ne peut pas être respectée dans l’avion. Une foutue « règle du 6 pouces » ne pourrait même pas être respectée dans un foutu avion tellement les gens sont entassés.
  • Cette petite cabine de petit avion fait moins de 60 pieds de long.
  • L’air y est « bien mélangé » parce que, cher Trudeau (et Legault, si tu veux te joindre au party de chiâlage), on ne peut pas « ouvrir les fenêtres » pour faire aérer un foutu avion.
  • Alors il suffirait d’une personne dans l’avion pour empoisonner tout le monde, masque ou pas.

On pourrait très facilement argumenter sur la question « est-ce que l’air ambiant est bien ou mal mélangé » dans un avion de Sunwing, mais on ne parle pas à des scientifiques ou des professeurs de physique, loin de là, on parle à des politiciens. La seule question de merde que Justin Trudeau a posée, avant de qualifier les fêtards de « sans desseins », c’est fort probablement « Hey, est-ce que le gars des relations publiques peut me donner le nom de quelque chose de pas trop raciste, pour faire changement, j’ai besoin de dire que quelques Québécois sont racistes encore une fois, mais sans le dire… Ostrogoth? Ok, merci ».


La vérité c’est que, jusqu’à preuve du contraire, si vous êtes une ou deux heures dans un environnement fermé (comme par exemple, dans un avion), que vous soyez à 60 pieds d’une personne avec la Covid-19 ou que vous soyez en train de faire une orgie ne change absolument rien: La Covid-19 va vous infecter quand même. L’INSPQ a même annoncée, le 21 Décembre, qu’en moins d’un mois, le bénin variant Omicron était passé de 0% à 80% des cas au Québec. Mais la machine de propagande de peur fonctionne encore, essayant de nous faire croire que la Covid-19 est la raison pour laquelle on a un système de santé de merde au Québec depuis toujours.


Comment être inférieur à des influenceurs? Ouvrir sa gueule sans savoir de quoi on parle.


Et la machine de racisme systémique anti-québécois qu’est la gueule de Trudeau fonctionne encore aussi. La vérité, c’est que le combat de Justin Trudeau n’est pas un combat contre la Covid-19. C’est un combat contre le droit des civils d’être heureux. Seuls les politiciens ont le droit de passer des frontières et d’aller voir leur famille comme Trudeau l’a fait l’an passé. Seuls lui et ses amis politiciens ont le droit de faire le partys et des orgies dans des avions. Au gouvernement, la science et la logique, on en a rien à foutre. On ne veut pas d’un peuple heureux et sans Covid, ce serait dire adieu à leur contrôle gouvernemental. Avec tous les confinements et les couvre-feus, on y a pris goût, et on veut garder notre peuple « docile et obéissant« .


J’ai été traité de « nono » par Justin Trudeau parce que je faisais partie de La Meute. Ces influenceurs ont été traités « d’Ostrogoths » par ce barbare de fils à papa défenseur de vieilles reines et coutumes barbares de l’Angleterre lointaine. Bienvenue dans le groupe. Se faire traiter de sans-dessein par Justin Trudeau est un compliment incroyable.


Je ne dis pas que les influenceurs savaient toute cette information. Avec toute la merde qui se répète à la télévision, il faut chercher pour trouver la vérité. Mais est-ce qu’ils étaient capables de réaliser l’absurdité des mesures sanitaires en vigueur dans l’avion? Définitivement plus que Trudeau et compagnie. Et définitivement plus que vous, si vous vous amusez à rire d’eux.


Félicitations aux influenceurs pour avoir réalisé que, quoiqu’ils fassent dans l’avion, ils n’étaient pas moins en sécurité que qui que ce soit. Félicitations aux influenceurs pour avoir réalisé que profiter de la vie n’était pas devenu illégal sous prétexte que quelqu’un d’autre sur la planète ne pouvait pas participer à leur party. Et la société hypocrite qui les traite de « privilégiés », voire qui les privent même de trouver un moyen de retourner au Québec sous prétexte qu’ils se sont amusés quand d’autres ne le peuvent pas, je l’envoie chier. Faites-vous tester, faites-vous vacciner, faites un party comme eux, et arrêtez d’être jaloux parce que, dans votre syndrome de Stockholm, on vous a interdit le bonheur que le gouvernement ne vous a jamais volé, donc vous préférez remercier le gouvernement pour votre malheur en envoyant chier ceux qui s’amusent.


Sur ce, j’vous laisse, j’m’en vais baiser dans une orgie de Covid-19.