Ne pas se faire vacciner, pour les autres.

Nous n’avons toujours pas l’information nécessaire pour affirmer qu’un quelconque vaccin contre la Covid-19 diminue sa transmission. Le vaccin n’a pas été fait pour ça. En fait, c’est tout simplement impossible. Pour la simple et bonne raison que ce serait illégal de faire un enclos de 1000 personnes « A » vaccinées avec la Covid-19 et 1000 « B » non-vaccinées, et un autre de 1000 « A » non-vaccinées avec la Covid-19 et 1000 « B » non-vaccinées, et comparer à quel point les « B » attrapent la Covid-19 et, possiblement, en meurent, par enclos. Dans la vraie vie, même si certaines études préliminaires sont positives, il y a trop de variables (incluant le confinement, évidemment).


Les vaccins qui empêchent la propagation de virus sont rares. Cela s’appelle « l’immunité stérilisante« , et c’est rarement possible. La quasi totalité des gens, au Québec, sont vaccinés contre la poliomyélite. En fait, on attrape et propage la poliomyélite partout, simplement sans le savoir: 95 à 99% du temps, nous sommes infectés, nous transmettons le virus, nous sommes asymptomatiques. En fait, si vous avez été vaccinés contre la méningite, il est possible qu’on vous ait donné un des multiples vaccins qui n’empêchent même pas sa propagation.


Pour ce qui est de la Covid-19, fin mars 2021, le directeur de la CDC disait « les personnes vaccinées ne transportent pas le virus »… pour qu’ensuite les scientifiques le corrigent: « Nous n’avons pas cette information. »


Pour la Covid-19, la théorie (qui n’est qu’une théorie), est que les asymptomatiques produiraient moins de virus, et propageraient moins les infections. La théorie, ce serait aussi qu’avec 75% des personnes vaccinées dans un endroit spécifique, on atteindrait « l’immunité de groupe ». Mais ce 75% provient d’une simulation par ordinateur. Et selon les études préliminaires, le vaccin de AstraZeneca empêchait à 59% la propagation après la première dose… Après la 2e, ça a chuté à 4%. Sinon, j’apprends aujourd’hui que, d’après les études de Pfizer, le vaccin de Pfizer, efficace à 96% après la seconde dose, est maintenant efficace à 84% après 6 mois, et son efficacité baisse de 6% par mois de façon stable. Bien qu’il empêcherait toujours les hospitalisations à 97%, ce n’est pas une bonne augure pour la question d’empêcher la transmission.


En résumé, pour les personnes qui parlent de se faire vacciner « pour les autres »… C’est aussi insensé que de prendre un café « pour qu’une autre personne se réveille ». Si elle veut réveiller, qu’elle prenne un café elle-même.


En faite, le seul vaccin qui empêche la propagation du virus à 100%, jusqu’ici, serait le Novavax… D’après des expériences sur les macaques. Il n’est toujours pas approuvé pour l’homme — probablement parce qu’il ne fait pas suffisamment l’essentiel: Empêcher les symptômes chez le vacciné.


Des super-propagateurs de la Covid-19 vaccinés et des passeports vaccinaux avec une date de péremption.


Alors, résumé de la situation. Certaines personnes, au Québec, sont « pleinement vaccinées » (deux doses). Ils ont donc reçus leur « passeport vaccinal », ce qui les autorise à aller dans des bars, dans des spectacles, en zone rouge, c’est-à-dire à des endroits ou il y a des montées de cas énormes. Si vous avez reçus le vaccin AstraZeneca deux fois, vous avez 96% de chances d’y transmettre la Covid-19 autour de vous. Sans vous en rendre compte, car vous serez asymptomatiques. Si vous avez reçu le vaccin de Pfizer, son efficacité, calculée à maximum 96%, baisse de 6% par mois de façon stable. Donc après environ un an, vous, « pleinement vaccinés », aurez 50% de chances d’attraper et transmettre la Covid-19. Après deux ans, c’est comme si vous ne le seriez plus.


C’est un triste constat pour les « vaccistes » qui croient qu’ils sont la solution à tout et que les personnes non-vaccinées sont la source de tous les problèmes du monde. Selon eux, les personnes pleinement vaccinées par AstraZeneca sont donc à 96% « covidiots », et les personnes vaccinées par Pfizer sont à moitié covidiots après un an et seront 100% covidiots après deux ans.


Vous savez, il y a un endroit où je ne me brossais pas les dents souvent. Vraiment pas souvent. Ma brosse à dents était dans un contenant, l’eau arrivait dans le fond, la moisissure y arrivait rapidement. Et j’ai toujours trouvé étrange de devoir me brosser les dents avec du « poison » (le fluorure est la raison pour laquelle il est écrit, sur les tubes de dentifrice, « en cas d’ingestion, consultez immédiatement un centre anti-poison »). Maintenant, ma brosse à dents est attachée au mur, et ma pâte à dents est sans fluorure. Ça donne le goût de faire attention à ses dents.


Un vaccin qui ne serait pas temporaire, qui ne deviendrait pas inutile après quelques mois, et qui m’empêcherait totalement de donner la Covid-19 à mes connaissances, ça donnerait le goût de se faire vacciner. Un vaccin temporaire, qui empêche « relativement » le danger pour autrui, avec des effets secondaires rares mais néfastes sinon mortels qui risquent d’être littéralement multipliés à chaque ajout d’une dose, « mais » qui m’autorise à aller partout sans masque en me donnant l’impression erronée d’être « responsable », ça me donne juste le goût de continuer à porter mon masque, de ne jamais visiter les zones rouges, et de continuer à m’enfermer volontairement pendant deux semaines avant de voir mes connaissances avec un système immunitaire faible. Et si je tombes malade, je le sais, donc je restes ici, alors je ne deviens pas un intermédiaire pour la pandémie qui se pavane partout, comme tous les vaccinés.


Ah, et parlant de masques, une recherche du MIT effectuée au mois d’avril expliquait que la raison pour laquelle les masques sont obligatoires, c’est que la toux et les éternuements peuvent se propager plus loin que deux mètres, sans masque… Donc si vous êtes quelques minutes dans un endroit, ça aide. Mais si vous êtes plusieurs heures à un endroit, les masques ne font aucune différence: Tout le monde respire le même air. Il n’y a aucune différence entre être à 6 pieds et 60 pieds de quelqu’un.


« La distanciation ne vous aide pas tant que ça, et vous donne aussi une fausse impression de sécurité parce que vous êtes autant en sécurité à 6 pieds que vous l’êtes à 60 pieds si vous êtes à l’intérieur et que l’air est bien mélangé. Tout le monde dans cet espace a pas mal les même risques, en fait. » –Martin Z. Bazant, professeur du MIT.


Mais pour encourager la vaccination, Québec donne aux gens… des voyages en avion. Des avions dans lesquels ils respireront tous le même air pendant des heures. Pleinement vaccinés par AstraZeneca, ce qui vous donne 4% moins de chances de donner la Covid-19 aux autres, ou par Pfizer, qui va vous donner environ 50% de chances d’attraper la Covid-19 et de la donner aux autres quand le voyage aura lieu… Voyage qui sera vers Cancun, là ou seulement 20% des gens sont pleinement vaccinés et seulement 14% ont eus une première dose, donc à un endroit ou 66% des gens ne sont pas du tout vaccinés… Sinon vers « n’importe où sur la planète si desservi par Air Canada » quand, en cette fin de Juillet, seulement 14% des gens sur la planète sont pleinement vaccinés, 14% ont reçus une seule dose de vaccin, donc 72% des gens sur la planète ne sont pas du tout vaccinés.


Et je n’ai toujours pas parlé du variant Delta. Selon des documents de ce matin, une personne contaminée par le variant Delta le transmet à 8 autres personnes en moyenne — qu’elle soit vaccinée ou pas.  Et selon un échantillon de 20 000 personnes, vous aurez deux fois plus de risques d’être hospitalisés si vous attrapez le variant Delta versus… tous les « autres » Covid-19 (mais pas plus de risques de mourir).


Mais ne vous en faites pas, si vous gagnez la Loto-Covid, on va vous donner une troisième dose avant de partir… une casquette « Make America Great Again » aussi, probablement.

Une réflexion sur “Ne pas se faire vacciner, pour les autres.

  1. Pingback: Immunités naturelles contre la Covid-19, et les vaccins qui y nuisent. | Le Journal du Pyromane: Déclarations Incendiaires

Les commentaires sont fermés.