Excellent texte: « Je ne fais pas une vraie dépression et je suis un fraudeur »

Extraits:


« La personne la plus humaine à qui j’ai parlé durant ces démarches a échappé au téléphone une chose très révélatrice. Alors que je lui demandais si elle me prenait pour un menteur et un fraudeur, elle a répondu : « Monsieur Archibald, je ne nie pas la réalité médicale de votre maladie, je le vois bien que vous souffrez. Seulement, je me dois de prendre une décision d’assureur. » C’est, je pense, la façon la plus empathique qu’on peut utiliser pour dire à quelqu’un que s’il coûte moins cher en sautant en bas du pont qu’en recevant des prestations, on va le laisser se crisser en bas du pont.


(…)


En jugeant les maladies mentales à l’aune du critère simpliste de type : « Si t’es capable d’éplucher une patate, t’es capable d’opérer un restaurant », les assureurs comme Desjardins contribuent chaque année à la détresse et à la détérioration de vie de beaucoup de personnes. »


Source: La Presse

 

Publicités