Les religions ne sont que du fascisme obscurantiste

La foi n’existe pas


J’ai souvent dit que le mot « foi » ne devrait pas exister, parce que la foi est par définition « une croyance en l’inconnu », et croire en l’inconnu, c’est simplement impossible. La croyance en l’inconnu s’annule d’elle-même. C’est une erreur. Le mot « foi » est un anti-mot. En résumé, croire nécessite des preuves, mais la foi n’en aura jamais, car la foi et les dogmes… se dissocient eux-mêmes, par définition, de la raison, incluant tout ça. Les mots dignes de remplacer « foi » sont « autosuggestion » et/ou « auto-hypnose« . La croyance n’a jamais à voir avec la religion, à moins que l’on parle d’une croyance erronée.


Si vous prétendez que « foi égale confiance » (comme par exemple, « avoir foi en l’amour« ), merci de me simplifier la vie. Ça confirme doublement que nous n’avons pas besoin du mot « foi », parce que le mot « confiance » le remplace à 100% — excepté pour la religion. Que la « foi » ne soit pas une croyance en l’inconnu, mais plutôt la confiance en l’inconnu, ou pire encore en la confiance en la croyance en l’inconnu (ouch), rend juste l’existence même du mot « foi » encore plus absurde. Aussi, la foi est probablement la seule chose qui pose une conclusion en premier et l’identifies à la fois comme l’explication, l’équation, la preuve, l’évidence (etc.), bref à la fois comme la conclusion et l’étude de celle-ci, et c’est pour ça qu’elle est illogique. Le mot « foi » est un anti-mot.


Il y a aussi cette horreur intellectuelle qui prétend que de dire que dieu n’existe pas est aussi valable que de dire que dieu existe, « parce qu’on ne le sait pas« . La négation de quoique ce soit d’invisible ne vaut pas autant que son affirmation, c’est n’importe quoi. Affirmer que de peupler l’entièreté du vide d’un infini nombre de chimères (et pire encore s’en servir comme guides ou leur demander de l’aide) soit quelque chose qui puisse être logique est évidemment malsain, sinon nuit carrément à la santé mentale. Peu importe que toutes nos intentions soient bonnes: Être guidés par tout ce que l’on peut voir et étudier, j’espère ne pas avoir besoin de préciser que ça n’a certainement aucun effet secondaire.


Stupidités religieuses


Après examen des religions, depuis le siècle des lumières, on ne peut qu’en déduire leur inutilité: Nous ne définirons ce qui est moral dans les religions qu’en fonction de ce que tout ce que nous avons appris depuis le siècle des lumières et non l’inverse. La religion, comme toutes croyances en quelconques superstitions, ne peuvent avoir raison que par accident. Voilà pourquoi le règne des religions diminue inéluctablement grâce au progrès de la raison, qui elle nous pousse à s’acharner à les éradiquer. L’éradication des religions est une nécessité. Les religions ne sont rien d’autres que des boulets que l’on traîne qui blessent la raison et la morale. Oh, et le fait que la religion ne soit qu’une de plusieurs choses à éradiquer pour faire progresser l’humanité ne la rend pas moins nécessaire à éradiquer (ce faux argument ne sert qu’à légitimer la nécessité de faire perdurer n’importe quoi d’immoral et/ou de déraisonnable).


Voici quelques images.


Et voici (fichier PDF) une méta-analyse de 63 études qui démontre que plus t’es intelligent et moins t’es religieux, et vice-versa. Oui, il y a une corrélation parfaite entre stupidité et religion.


Bien sûr, toutes ces études ne démontrent que d’innombrables corrélations, mais pas de causalité. Bien sûr, tout n’est que conjectures. Mais si après 63 études quelqu’un doute encore… On peut aussi faire croire à cette personne-là que le réchauffement de la planète est un mythe, voire que la terre est plate. La solution facile pour tout défenseur des religions est effectivement de prétendre que les 63 études ainsi que la méta-analyse « ne valent rien« , qu’elles ont toutes été coïncidemment faites par des analphabètes fonctionnels, mais ce serait simplement manquer de respect à la fois envers la science, l’athéisme, l’agnosticisme et la laïcité. On ne peut pas arriver autant de fois à la même conclusion et appeler ça une coïncidence. Assumez-le, c’est tout.


Fascisme obscurantiste


C’est bien connu que dans le pire des cas, les textes sacrés remplaceront littéralement (et diaboliseront) la logique dans le cerveau de leurs adeptes pour en faire des croyants-zombis. Les religions ne sont que du fascisme obscurantiste. Mais à chaque fois que je dis quelque chose du genre, on me présente « l’enfant modèle » des religions: Le bouddhisme. Même si le bouddhisme serait comme par magie « une religion bénéfique », on estime à environ 4 200 le nombre de religions dans le monde. Si votre seul argument pour défendre 4 200 religions est de prétendre qu’une seule (toujours la même, soit dit en passant), vous semble correcte, ce n’est pas un argument. Aussi, le bouddhisme doit être tanné de se faire prendre comme exemple que « toutes les religions sont bonnes » pour légitimer les terroristes islamistes et les prêtres pédophiles (pour ne nommer que ça). Quoique, à bien y penser: 6% des bouddhistes en Malaisie supportent le groupe armé état islamique.


Le bouddhisme était une bonne chose à l’origine car c’était simplement une philosophie et non une religion. Le bouddhisme a perdu ses lettres de noblesse aussitôt qu’il est devenu une religion. Peu importe leurs intentions et peu importe à quel point nous supposons qu’elles puissent être bénéfiques voire « parfaites », les religions sont toutes intrinsèquement obscurantistes par définition dans la mesure ou elles sont autoproclamées guides à suivre provenant d’une supposée morale supérieure, incritiquable, inaliénable, etc. Elles sont donc intrinsèquement déraisonnables, parce que comme par magie interdites d’être doutées par quique ce soit. Bien sûr que si vous choisissez ce que vous aimez dans les religions comme si ce serait un buffet vous n’aurez aucun problème, mais dans ce cas ce n’est ni suivre ni adhérer à une religion, c’est plutôt adhérer au siècle des lumières. C’est simplement reconnaître la possibilité qu’il puisse avoir des traces de raison dans cette folie, et ignorer sciemment l’horreur du fait que pendant des milliers d’années et même encore aujourd’hui, certaines personnes n’ont pas ce luxe d’avoir la liberté de prendre une citation d’un texte sacré « avec des pincettes ».


Sans oublier que pour chaque défenseur des religions que je croise, il faudrait que j’assume qu’ils n’ont pas été influencés ou manipulés par tous les messages subliminaux, sinon la tentative de manipulation directe et totale (l’invention de dieux omniprésents, omnipotents et punitifs), que les religions n’ont même pas eu assez de dignité pour cacher — que dis-je, ils en ont honteusement faits leur marque de commerce. Les gens manipulés forment la majorité des défenseurs des religions, et ils sont faciles à déceler: Les croyants-zombis défendent ardemment leur religion et sont totalement fermés à toute argumentation logique. Les religions se sont appropriées leur volonté, voilà pourquoi ils ressentent le besoin de les défendre. Je le répète: Les religions ne sont que du fascisme obscurantiste. J’en sais déjà suffisamment sur la religion catholique pour penser que Satan était une victime innocente et que la sainte trinité est un monstre à trois têtes dictateur sanguinaire et fou. J’en sais déjà suffisamment sur l’islam pour la condamner plus fermement que le nazisme. J’étudierai et condamnerai les autres religions et sectes en fonction de leur popularité grandissante si nécessaire (quoique, pour info, une religion avec popularité grandissante en 2017, ce serait un miracle), mais tout ce qui se nomme religion est intrinsèquement condamnable, parce que, devinez quoi, la base même de la philosophie condamne l’utilisation tordue de tout contrôle de l’esprit en tant que guide spirituel.


La liberté de religion, concrètement, c’est deux choses: L’hypocrisie, et l’immunité d’être hypocrite.


Le catholicisme comme l’islam condamnent ceux qui choisissent dans leurs textes comme si ce serait un buffet. Si vous voulez absolument appeler ceux-ci des vrais croyants, appelez-les des vrais croyants damnés, des masochistes religieux. Bien sûr que les croyants modérés existent, ça les rend donc modérément, plutôt que totalement, responsables par association de toutes les horreurs causées par leurs religions et leurs fidèles. Ça fait au moins 20 ans que je regarde les nouvelles et que je constates qu’à chaque fois qu’une personne fait quelque chose d’écrit en noir sur blanc dans sa bible ou son livre sacré, il y a toujours un imbécile à qui l’on donne un micro pour qu’il dise « notre religion, ce n’est pas ça ». Vous, au micro, allez chier. Vous êtes le pire des hypocrites. Votre cerveau de croyant zombi fait perdurer toutes les horreurs écrites en noir sur blanc dans vos livres au nom de la protection du droit à la liberté de religion — qui n’est rien d’autre que le droit de prêcher toutes les horreurs écrites en noir sur blanc dans vos livres. Et tout ça arrive dans un seul et unique but: Celui de préserver, par tradition, votre droit absurde et totalement dépourvu de fondement de continuer de croire en l’inconnu.


Je sais très bien que le fanatisme et la violence n’ont pas besoin de la religion pour exister. C’est un non-débat. Le fait que la religion ne soit qu’une de plusieurs choses à éradiquer pour faire progresser l’humanité ne la rend pas moins nécessaire à éradiquer (encore une fois, ce faux argument ne sert qu’à légitimer la nécessité de faire perdurer n’importe quoi d’immoral et/ou déraisonnable). Ce n’est pas parce qu’un mal quelconque existe hors de la religion que la religion n’en est pas coupable même quand elle l’ordonne sur papier sous peine de brûler en enfer pour l’éternité. Je crois fermement que si Adolf Hitler aurait fait de son idéologie une religion, des occidentaux sympathiques se promèneraient librement avec des croix gammées dans le cou aujourd’hui. Librement, parce qu’au nom de la liberté de religion. Et chaque fois qu’un noir, un juif, un handicapé ou même un fumeur de cigarettes se ferait tuer, il y aurait toujours un nazi de service à la télévision ou à la radio pour dire que ce n’est pas ça le nazisme. « Mais non, le nazisme n’a jamais été un problème: Le problème, c’est juste les nazis intégristes. Il faut voir Mein Kampf avec les yeux de la morale contemporaine, et là, on s’aperçoit que ce n’est pas un livre qui parle de tuer des noirs et cetera, c’est bien évidemment un livre qui parle de l’amour d’une personne pour sa patrie ». NON, je n’achèterai pas votre argument selon lequel même un nazi modéré puisse, premièrement, exister, et deuxièmement, être comme par magie inattaquable parce qu’il est sympathique. Peu importe à quel point ils sont pacifiques MALGRÉ leurs croyances qui varient de follement contradictoires à complètement folles et violentes à souhait.


Je serai clair: Je n’ai aucun respect et aucune pitié pour les religieux comme pour les défenseurs des religions. J’ai plus de respect envers les drogués qu’envers les gens religieux, parce qu’au moins, quand tu te drogues, tu sais que t’hallucines, et tu sais pourquoi. La religion n’est pas l’opium du peuple, c’est le Fentanyl du peuple, c’est le Crystal Meth de la masturbation intellectuelle.


Comment tuer dieu


Personne n’a besoin de dieu. Vous avez besoin de dieu comme un drogué a besoin de sa dose. C’est soit un caprice, c’est-à-dire un besoin que l’on se crée (ou un dieu que l’on se crée, hein), soit une dépendance. Aucun psychologue Québécois ne va vous recommander une forme quelconque de spiritualité surréaliste pour vous guérir de vos problèmes réels — et c’est tout à fait logique: Le risque de créer d’autres problèmes (auto-hypnose, croisade religieuse, condamnation de soi, terreurs occultes, dépersonnalisation, hallucinations, suicide vers un supposé paradis parfait, etc), est bien trop grand pour considérer un dieu quelconque comme une solution à quoique ce soit lorsqu’il est question de guérir un esprit fragile donc facilement manipulable.


Certains disent qu’il est prétentieux d’affirmer que la non-existence de dieu est évidente, mais c’est l’inverse: L’homme est dépourvu d’arguments préalables pour même justifier l’agnosticisme. Je m’explique: Il est impossible d’affirmer que quoique ce soit d’invisible (et/ou d’inaccessible) existe hors de tout doute raisonnable. La plus grande prétention est donc obligatoirement celle de croire. Alors même l’agnosticisme est donc déraisonnable. Alors seul l’athéisme est raisonnable. Il est donc uniquement prétentieux de parler d’agnosticisme plutôt que d’athéisme. Bien sûr, l’existence du mot « foi » étant inutile, il en va de même pour le mot « agnosticisme ». Pour la même raison que nous n’avons pas besoin d’un mot pour les gens qui doutent de l’existence du Père Noël ou (mettons) d’une deuxième lune pour notre planète. À moins qu’on veule divertir avec des histoires fictives, meubler le vide avec des possibilités n’est pas sain d’esprit. Meubler le vide infini avec des mots infinis pour ces « peut-être » est encore pire. Que ce soit les mots dieu, Thor, Sleipnir ou Gaïa, etc. Que ce soit pour les cadeaux à Noël ou « juste » pour la création de l’univers.


Le « dieu des trous » est le « point Godwin » des croyants. Conserver l’hypothèse de l’existence d’un dieu sous prétexte que nos connaissances actuelles sont insuffisantes, c’est réfléchir à l’envers. On n’explique pas ce qui existe en fonction de ce qui n’existe pas. Encore moins en fonction de quelque chose que l’on a jamais perçu, que l’on a jamais vu, que l’on a jamais pu calculer, dont on a jamais pu prouver l’existence, et qui par-dessus le marché ne ressemble à absolument rien de ce que l’on a découvert jusqu’à aujourd’hui dans tout l’univers donc se range aisément dans la catégorie science-fiction. Dire que dieu est une hypothèse est une insulte au mot hypothèse: Dieu est la chimère fantasque d’une hypothèse.


Pour enfoncer le clou dans le cercueil, je rappelle qu’il n’y a pas de différence prédéfinie entre les sectes et les religions (et qu’il ne peut y en avoir parce qu’elles disent toutes la même chose: « ceci est la vérité, faites-moi confiance« ). Et depuis l’invention du langage, n’importe qui peut dire ça sans preuves — et ils le font. Après quelques recherches sur internet, je vous annoncerais que je crois qu’à chaque fois que je dis le mot « religion » une entité verte apparaît de l’autre côté de la lune… et si vous, vous n’y croyez pas, vous êtes simplement « agnostiques » ?! Le mot foi étant une aberration, il en va obligatoirement de même pour le mot agnosticisme. Sinon, elle est où, la ligne entre la folie et la raison? Je vais vous le dire: Elle a été effacée depuis longtemps, parce que le mot « agnosticisme » anéantit cette ligne entre la folie et la raison — que dis-je, entre la foi et la réalité — et ouvre la porte aux plus monstrueuses folies. Parce que pour chaque personne qui a été soit-disant guérie ou sauvée par la chimère fantasque d’autosuggestion comme d’auto-hypnose qu’est la croyance en une entité omniprésente, omnipotente, omnisciente et bénéfique, telle un dieu, il y en a une qui a été hantée ou s’est suicidée à cause de la chimère fantasque d’autosuggestion comme d’auto-hypnose qu’est la croyance en une entité omniprésente, omnipotente, omnisciente et maléfique, telle un diable… ET VICE-VERSA.


Comment tuer dieu? Confrontez les croyants: Dieu n’existe que dans leurs têtes.
Il en va de même pour toutes les autres entités imaginaires.


P.S.: Une étude récente affirme que la vie serait simplement une inévitable continuation de la physique. « Mettez une poignée d’atômes aléatoires à la lumière et avec un peu de temps vous allez fort probablement voir de la vie prendre forme ». C’est ça, « dieu ». C’est sympathique, et ça me suffit… Tant que vous ne dénigrez pas la nature en l’appelant « dieu ».

Publicités